Biographie

Aurai-je un jour imaginé qu’un tel projet, aussi modeste soit il, puisse voir le jour dans cet univers où la féerie ne s’opère que si l’on veut bien y prêter l’oreille ?

Pourtant si l’on en croit l’historique, tout prête à croire que j’y étais prédestiné :

Enfant d’une famille de musiciens (le grand-père chantait déjà, un cousin bassiste émérite de Camille et Renan Luce, un autre clarinettiste au Conservatoire, une sœur au timbre de voix cristallin , un père compositeur et producteur à succès (Blankass, Nilda Fernandez), grâce à cette hérédité, je n’entrevoyais ce monde qu’à travers le prisme d’une respiration, une volute magicienne quelque peu surréaliste à mes yeux... Bref un mirage de l’enfance où Randy Newman, James Taylor, Les Beatles,Supertramp , les Beach Boys, Tom Waits,Rickie Lee Jones berçaient ma candeur...

Et le Piano va sano...c’est ainsi qu’on pourrait peut-être me définir, je décidai de « faire mes armes » aux côtés « de frères d’armes » afin d’explorer, d’apprivoiser ma nouvelle famille... Musicien de studio, de scène et de groupe; c’est au cours d’une rencontre avec Edouard Coquard (Nilda Fernandez, Gerald De Palmas...) que l’idée d’une introspection se fit nécessité...

Je me lançai donc, vers cette angoisse de la page vierge mêlée à la frénésie gloutonne de la création (recréation serait plus objectif) !

Tout ce dont il me fallait !!

Voici donc ici 13 instantanés ou tranches de vie, inspirés ou non selon votre ressenti de ce passé qui reste encore à puiser.

  • Partager la biographie de Niko Gamet sur Facebook
  • Partager la biographie de Niko Gamet sur Twitter

Musique

Pochette du single Le serment du silence de Niko Gamet

1er single : Le serment du silence

Le serment du silence

Paroles : Le serment du silence

Isolé tournant dans ma cage,
Je me voyais/sentais l’otage
De ces avenirs sans nuages

Blotti tout contre ces façades,
J’étais le malade
De tout ce prestige en noyade

Et puisque j’ai perdu la raison,
J’irai m’abandonner aux bontés des saisons
Pour fuir avec toi à l’unisson,
J’irai cueillir ces quelques notes d’évasion

Libéré des serments misérables,
C’est dans ce regard
Que j’ai trouvé mon alliance

Évadé des semblants invivables,
Jusqu’au dernier soir
Pour toi je garderai le silence

Et puisque j’ai perdu la raison,
J’irai m’abandonner aux bontés des saisons
Pour fuir avec toi à l’unisson,
J’irai cueillir ces quelques notes d’évasion

Et puisqu’on a perdu la raison,
Nous partirons le cœur léger à l’horizon

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Télécharger gratuitement le single
Le Serment du silence


Pochette de l'album Le signe du coeur de Niko Gamet

Télécharger l’album

1er album : Le signe du coeur

* En écoute compléte

* L'ivresse

Paroles : L'ivresse

Dans les strasses
J’ai perdu la trace
D’une douce qui s’efface
Au vent du souvenir

Elle joue de ma plume -
Comme le miel de la lune
-qui (et) s’écoule dans la nuit
A l’encre de l’écume à venir

Oh... comme j’ai peur de lire
Dans ses yeux
Qu’elle veut tourner la page
Elle s’en va s’en dire
Un adieu
Comme si l’écrire n’était qu’un mirage

La tête basse
Les yeux dans les godasses
Je crois perdre la face
Qui patine dans la glace

Au lieu de non retour
J’espère cette mélodie
Qui chante à la folie
Un air de cet amour
A venir

Oh... comme j’ai peur de lire
Dans ses yeux
Qu’elle veut tourner la page
Elle s’en va s’en dire
Un adieu
Comme si l’écrire n’était qu’un mirage

Je rêve à l’envie
De l’Eve qui m’a ravie
La sève de ma vie
Vidée à la dérive
Dans le vers évanoui
De cette nuit

Et le souvenir... qui s’efface... dans l’air de la nuit... elle s’en va... sans dire... adieu

Paroles : Nicolas Gamet
Musique : Nicolas Gamet / Edouard Coquard
Arrangements : Edouard Coquard

Métropole

Paroles : Métropole

Autant se dire que je n’avais rien à perdre
dans l’histoire
Qui ne manque pas d’air
Je prends au vol
Ce que m’envoie/miroite la métropole

Et là, une vision a décrété ma raison d’être
Sans merveille
Et là, la saison du paraître a jeté une ombre
Sur mon soleil

Autant se dire que je n’ai rien reçu de l’espoir
Qui n’en n’a que l’air
Je crie au vol pour les mensonges de ces idoles

Hélas, la rançon du cœur a condamné l’âme sœur
Au malaise
C’est l’âme au bord d’une camisole affrété au bord
De la falaise

Mais là, je me suis décidé à prendre un envol
Sans pareil
Car là, c’est de/sur ce récit que j’imagine un monde
De merveilles...

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

L'emprise

Paroles : L'emprise

En dépit des menaces
Elle s’emplie de parades
Titubant sur place
Faisant fit de l’orage
Qui s’attarde sur son visage

Embuée de mirage
Elle s’éreinte de ce liquide viscéral
Embrumé de rage
Il s’empare de son âme

Je te prie de finir le chapitre/ de lâcher cette emprise
qui divague en maux troubles et s’enfuir
ce navire nous chavire
sur les traces de ce dédale qui nous rend sourd/ saoul
je te prie

ma promise se délaisse
au profit d’une liesse
qui vire au vacarme
pour finir en abîme
au précipice du drame

ta promesse a failli
dans l’excès de ce vers
fredonnant l’alarme
et la fièvre applaudit
pour ce concert de larmes

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

* Le serment du silence

Paroles : Le serment du silence

Isolé tournant dans ma cage,
Je me voyais/sentais l’otage
De ces avenirs sans nuages

Blotti tout contre ces façades,
J’étais le malade
De tout ce prestige en noyade

Et puisque j’ai perdu la raison,
J’irai m’abandonner aux bontés des saisons
Pour fuir avec toi à l’unisson,
J’irai cueillir ces quelques notes d’évasion

Libéré des serments misérables,
C’est dans ce regard
Que j’ai trouvé mon alliance

Évadé des semblants invivables,
Jusqu’au dernier soir
Pour toi je garderai le silence

Et puisque j’ai perdu la raison,
J’irai m’abandonner aux bontés des saisons
Pour fuir avec toi à l’unisson,
J’irai cueillir ces quelques notes d’évasion

Et puisqu’on a perdu la raison,
Nous partirons le cœur léger à l’horizon

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Prélude Romance
Romance

Paroles : Romance

Mais d’où me viennent ces lueurs
jaillissant de nulle part
mais quel est donc ce parfum de fleur
dans ce monde remplie d’épaves
où s’entrechoque les derniers palabres
abreuvés aux mensonges du soir
dans l’excès de douleur

c’est le signe du cœur
qui sèche mes larmes
et me console
pour ce plaire dans la lumière de ce regard
comme un coup du sort
Ko du ciel
Qui ranime mon âme en peine

Il neige
Par delà les cimetières
Et dans le rire des solitaires
Pour que l’on décroche de ce rêve
Suspendu au bout de nos lèvres
Où s’accroche la lune de tendresse
Qui cimentent nos cœurs

C’est difficile à croire
Lorsqu’on court au hasard
Qui se défile pour la plupart
Pour ne laisser qu’entrevoir
L’absurde de ces simulacres
Et d’où pataugent toutes ces histoires
Dans l’absence de bonheur

Puisqu’il nous faut subir la rage
Des jaloux de passages
Autant se dire qu’ils n’ont pas l’âge
De scintiller dans l’histoire
Où tangue les baisers du soir
Qui nous portent dans le sillage
De l’étreinte du bonheur

Et le cirque pleure
De nous voir encore
charmer le sort
pour se plaire dans le mystère de cette danse
où battent nos cœurs
dans l’insouciance
d’une romance éternelle

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Comme

Paroles : Comme

Comme il se lasse de cette vie tournée au cinéma,
Il s’efface de sa destinée sans panorama.

C’est l’image du futile berçant nos lits de mirages
Le message qui s’amuse à l’éblouir dans l’antre de ses pages.

Comme je m’étonne de le voir aussi loin de ses envies...
Pour qu’il fredonne cette/son histoire qui se reflète dans l’oubli.

C’est l’adage des comptines au bord du lit pour qu’il s’endorme (qu’il s’endorme !)
Le carnage qui piétine ce corps transit par ce vieil uniforme...

Du millénaire de l’âge d’or
Du solitaire qui s’arrange de trouver ce confort qui l’ignore

Comme c’est dommage de se perdre dans l’apparence en sursis.
Il saccage, délabré par la souffrance qui l’occit.

C’est l’image du futile berçant son lit de mirages
Le message qui s’amuse à l’éblouir dans l’antre de ses pages.

Entend-il ce drame qui l’emporte au gré du silence et du malheur.
Parlera-t-il enfin, quand le ciel l’implore au creux de sa rancœur.
Quand viendra l’heure de sa révérence...

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Stronger

Paroles : Stronger

I’ll be stronger
While/wild thunder will scream
Where are you friend(s)?
Your kindness disappear

Have you ever
Face this desease
Where is the end/hand
Which claps upon your fear ?

I’ll be stronger
What ever you feel
Whereas those men
Are running without tears

I’ll be hanger
When belief steals in
Your mind is shaped
By bloody evil snake

When the sun goes down on me
The fun is waiting for release
I know you feel mistake in me
It’s just that I can’t take relief
And rain is falling down on dream
When pain is all you can beg in

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Le Saule Pleureur

Paroles : Le Saule pleureur

A force de s’enraciner dans la peur
Le temps s’emporte dans l’infini des heures
Et ne s’endort qu’au pied du saule pleureur

Mais toi, libre sans un bagage
Le cœur battant la chamade
Raconte moi la fin de l’histoire
De ce rêve sans au revoir

C’est drôle de ce revoir dans ce regard
J’avais comme toi les yeux remplis d’espoir
En s’enivrant du fleuve berçant nos soirs

Du rêve qui leste ma mémoire

Et vois comme l’écorce s’effrite de ma chair
De n’avoir plus la force d’écrire en vers
Teinté de l’ocre cette larme gît sous cet air

Cesse de croire que je suis là
Juste au creux de ce vieux grimoire
Il ne souffle qu’aux brises des vers de glaces

Mais moi, je parts en poussière
Et ne laisse que cette trace
Pour te voir lire la dernière page
A l’ombre de ce saule pleureur...

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Dead End

Paroles : Dead end

Every night they call her in that pain
Each time they treat like a slave
It’s burning in my vein

No hope inside this place
Just brains burst in a cage
And money for dead end

But I try to come to save my mind
You know it’s hard to find a way
My life it drives me crazy
And my rage put me in that jail

Why believe in that fake
While they kill you without shame
Why they remain with that lie
Tills that world keeps fading away
Anyway

My sight colored in grey
With darkside for a lonely friend
I’m searching around the bend

And my last wishes dead
Eachtime everything remains the same
With money for dead end

And you know they dig into your despair
Come on and try to sail away
They’ll lie on giving you fairy tales
Just to put you in that jail

Why believe in that fake
Why don’t you give that chance
Why staying on that lie
Till those words keep fading away

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

L'espoir d'ivoire

Paroles : L'espoir d'ivoire

Aux si longs discours promettant encore/en corps
Le gain de notre bonheur
On laisse nos croix
A quelques entailles
Qui fuient sans voix

Sur les parchemins usés de peur
Où se sème l’envie de cet ailleurs
J’en garde la raison
Sans gain de passion

Pour y voir
L’espoir
Dans la peine d’ivoire

Sans prix/s’en prient des failles en promesses sans fond,
Se plie notre schème,
Déleste le drame,
S’acharne.
On livre notre âme
En délit d’illusion

Défis le sort
Dans le rêve s’endort
Tout espoir

Parole : Emeline Jalibert
Musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

My old blue mind

Paroles : On my mind blue

I still keep you on my mind
Baby you’re the travelling kind
I could say you were so strange to me

I just wonder where you are yeah
I happened to make you cry
Oh you know you’ve been so hard to love

Now I’ll try , every other to love you more
To stay with you, tell you ‘bout my love
You are on my mind

I recall the time we had
And your touch could last for ever
Now you’re gone
And I keep you on my mind

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

* In that dream

Paroles : In that dream

I’m so tired
To see all those sunshines
‘Cause my heart has downed to
Be without you

There’s only the moon
To claim this melody
And she’s the only fool
Who flies above the waves
Of my tears

Oh ! now my mind is clear
I can see
All the light in your eyes
And my head is free
In that dream
Which turns that life into our last sigh
Heaven comes when you’re at my side
Even though you’re not at my side

There’s no time
Gloom is by my side
Waiting for a sign
Hiding in your face

You’re here ! with this smile
Whispering your love
And slips slowlyr
Lays down upon the shade of that lie

And I’m shivering
Into this misery
The night of this trip
Just seems to begin
And you’re touch fading away
In that dream

Paroles et musique : Nicolas Gamet
Arrangements : Edouard Coquard

Elle joue de ma plume, comme le miel de la lune,
Qui s’écoule dans la nuit, à l’encre de l’écume à venir.

L'ivresse

Medias

  • Partager les medias de Niko Gamet sur Facebook
  • Partager les medias de Niko Gamet sur Twitter

Contact

Merci de patienter quelques instants durant l'envoi de votre message.

Merci ! Votre message a bien été envoyé.

Une erreur s'est produite. Merci de réessayer.